Je vais vous montrer différentes méthodes qui permettent de limiter la casse en cas de retournement de marché, voir même de ne subir aucune perte. Certaines méthodes sont simples, d’autres très complexes, certaines garantissent 100% du capital, d’autres moins, etc. J’ai essayé de simplifier certaines méthodes pour les rendre plus accessibles à un particulier. À la fin de l’article, vous aurez tous les liens Wikipédia permettant de comprendre les termes et les produits utilisés.

J’ai essayé de classer ses méthodes par difficultés croissantes, il existe d’autres méthodes, donc je compléterais l’article plus tard.

Méthode 1 

Une technique faisable sans un seul produit dérivé et possible sur assurance-vie. Vous prenez une obligation (ou fond en euro) et un actif risqué (etf, action, fond actions etc…) Une action ne peut pas faire faillite en 1 an si bien choisie. Imaginez que vous estimiez la perte maxi d’une action à 20%. Dans ce cas il suffirait que le placement sans risque garantissent juste ses 20% de pertes. Si le placement sans risque rapporte 4%, il faudra faire 20/4 = 5, soit 5 fois plus de produit sans risque que risqué, donc vous faites 10 000 / (5+1) = 1666.66 devront être placés sur l’actif risqué et 5*1666.66 = 8333.3 devront être placés sur l’actif sans risque. Ce qui donne si perte de -20% du titre 1666.66*0.2 = 333.2€ de perte sur l’actif risqué, compensé par 8333.3 * 0.04 = 333.32€ de gain sur l’actif sans risque. En rallongeant l’échéance on peut augmenter la proportion d’actif risqué et donc le gain final. Évidemment si le titre chute à -20% coupés vos pertes, on ne sait jamais (cf:2008).

Méthode 2

Couverture par un contrat future, forward, etf ou cfd. On est haussier sur son portefeuille, on va calculer le beta de son portefeuille par rapport à son indice de référence (cac40 en france). Si notre portefeuille pèse 20000€ et à un beta de 1,2. Pour se couvrir, il faudra shorter pour 20000 * 1.2 d’indice cac40 soit 24000€. Le beta se calcul grâce à cette formule http://fr.wikipedia.org/wiki/Coefficient_b%C3%AAta . Vous pouvez aussi trouver le bêta pour chaque titre sur fortuneo, dans ce cas pour avoir le beta global de votre portefeuille, il suffit de multiplier le beta de chaque titre par son poids dans le portefeuille e de faire la somme. Pour le choix du produit à utiliser le mieux est d’avoir un produit à fort effet de levier et coût extrêmement faible donc future et forward en priorité, ensuite le cfd et enfin l’etf (par exemple BX4 de lyxor qui a un beta de 2). L’avantage de l’etf est d’être disponible sur presque tous les comptes et de se traiter aussi facilement qu’une action. Si vous ne souhaitez pas calculer ou utilisé le beta, dans ce cas il faut couvrir chaque titre séparément, ce qui est plus long et coûteux. On peut tirer profit de cette stratégie si notre portefeuille sur-performe l’indice (pair trading, long short/equity market neutral).

Méthode 3

Comment jouer la hausse d’un titre ou indice sans risque pour son capital avec une combinaison obligation/option. Exemple, vous avez une obligation rendement de 4% échéance 1 ans, vous avez la possibilité d’acheter des warrants ou options et vous avez 10 000€ sur votre compte. Il faudra faire ce calcul 10 000/ 1.04 = 9615, placé les 9615 sur l’obligation et le solde de vos 10 000 soit 385€ sur un produit dérivé. A échéance votre obligation va générer 4% de rendement donc 9615 *1.04 = 10 000 vous retournez à la case départ, donc quoi qu’il arrive l’obligation garantie le fait de revoir vos 10 000. Si le dérivé est perdant vous rester sur vos 10 000, s’il est gagnant, vous cumulez les 10 000 + le gain apporté par le dérivé. Sur un 1 an, la stratégie est peut intéressante, sur plus long terme avec une obligation zéro coupon la stratégie s’avère très intéressante (sur 5 ans, vous devrez placer seulement 8220 sur obligation, il vous restera donc 1780€ pour spéculer librement).

Méthode 4

Couverture à échéance via des produits dérivés type warrants put ou option put. On rejoint la mise en place précédente, pour un portefeuille, il sera utile de calculer le beta, pour des titres séparés non. Le principe est simple, acheté des puts en proportion de ce qu’on possède. Exemple sur un titre simple, vous posséder 100 actions LVMH à 140€ pour garantir à échéances vos 140€, il suffit d’acheter une option put (1 option = 100 titres) ou l’équivalent en warrants put de strike 140 à l’échéance qui vous intéresse. En cours de vie, votre portefeuille bougera, mais à échéance, il ne pourra pas valoir moins de 140€ – prime payer (le coût de l’option). Pour couvrir un portefeuille, on calcule sont beta et on le couvre avec des option sur cac40 du strike qui nous intéresse en proportion de ce beta. On peut tirer profit de cette stratégie lors des mouvements favorables du marché avant échéance. Pour aller plus loin, si vous avez des connaissances sur les options, vous savez que le sous-jacent + l’option put est égale à un simple call, on peut dans ce cas se contenter d’acheter des calls si la position n’est pas destinée à rester longtemps dans le portefeuille.

Méthode 5

Couverture dynamique avec des dérivés. Le but est d’empêcher la variation du portefeuille pendant toute la durée de la couverture. Pour ce faire, on utilise des options ou warrants il existe plusieurs méthodes :

Delta hedging: On couvre son portefeuille en essayant de maintenir un delta global à 0 (il faut donc savoir calculer les grecques sur options ou warrants). Exemple, on possède 200 actions X à 50€, on souhait les couvrir avec un warrant put ou option put, on dispose de ce contrat : 1 option = 100 actions, strike 50, échéance décembre, delta -0.5 (ou -50%). Pour être delta neutre, il faut savoir que le delta d’une action est égal à 1 (donc ici delta de 200), une option = 100 titres, 1 option = delta de -0.5 *100 soit -50, il faut donc pour couvrir 200 actions acheté 4 options (0 = 200 * 1 + 4 * 100 *-0.5). Si il s’agit d’un portefeuille, on revient à la case beta expliquer dans la 1ére partie. Le delta d’une option bouge en cour de vie, il faudra donc rééquilibrer la position assez régulièrement (on appelle ça du gamma scalping). Être long sur un put signifie être long sur le gamma, la volatilité et subir l’effet du temps. Ce qui se traduit par un coût des rééquilibrages du delta (gamma +) , un pari haussier sur la volatilité et une perte de valeur temps. On peut delta hedger en shortant un call (possible sur option) dans ce cas la position à les propriétés inversées, l’écoulement du temps est bénéfiques, on est short sur la volatilité et les rééquilibrages du delta rapporte de l’argent. On peut tirer profit de cette stratégie en jouant sur le rééquilibrage lorsqu’il est favorable (gamma+), l’écoulement du temps (theta +) et lorsque l’on est dans le bon sens de la volatilité. (+ un effet pair trading si on hedge un portefeuille complet).

Delta/Gamma hedging Ici on fait la même chose qu’avant, en utilisant plus une seule option, mais 2 différentes (minimum). Le but est d’être delta 0 et gamma 0, le gamma est le taux de variation du delta pour un mouvement de court terme, être donc gamma hedger permet de retarder les rééquilibrages de la position qui pour mémoire peuvent êtres coûteuses. On reprend l’exemple précédent, soit 200 actions X à 50€ et 4 options put delta -0.5 gamma +0.1 On a donc cette position, coté grecques delta = 0, gamma = 0.4 (4*0.1) Il nous faudra donc acheter pour -0.4 de gamma, le gamma étant toujours positif, il faut donc shorter une option (soit un call, soit un put). Si on short des options pour avoir un gamma de -0.4 et donc un gamma final de 0 , vous pensez bien que le delta va lui aussi bougé donc 2 choix: si on a fait du short put = hausse du delta donc il faudra vendre du sous jacent pour ramener le delta à 0, si on a fait du short call le delta va baisser, il faudra donc acheter du sous-jacent en plus. On peut gagner sur le temps (si theta+ de la position) et la volatilité (vega global de la position) si on est dans le bon sens.

 

Article Wikipedia pour comprendre tout les termes.

Calcul du coefficient beta

Obligation

Option

Lettre grecques (delta, gamma, etc…)

ETF (tracker)

CFD

Future (un forward est quasiment identique)

Warrant 

Publicités