J’ai regardé récemment, comme tout passionner de finance, le film « the big short » et dans ce film un groupe de personnage m’a interpellé, deux petits jeunes ayant monté un hedge funds dans un garage et qui aurait gagné une montagne d’argent en peu de temps. Sachant que le film est tiré d’un livre reprenant des histoires réelles je l’ai donc lu. Il s’agit du fond Cornwall Capital.BigShort_Full.jpg

Voici un résumé de leur petite histoire. Ils ont créé le fond en 2002 avec 100 000$ à Berkeley en Californie dans un garage ! Deux ans plus tard le fond pesait 12 millions de dollars. Pas besoin d’en savoir plus sur leur vie, c’est cette partie qui m’intéresse, l’avant crise des subprimes, plus accessible pour des gens comme nous.

Leur stratégie à leur début reposait sur deux choses : les options à long terme (leaps) et des situations d’investissements particulières. J’explique par un exemple réel, leur premier trade.

La société Capital One stagnait à 30$ et était soupçonnée de fraude, ils se sont donc renseignés sur la société et après une petite enquête ont remarqué que cette suspicion de fraude n’était pas fondée. Après analyse financière pour eux la société valait le double. Ils ont donc acheté des options Call (option d’achat) pour réserver un prix d’achat à 40$ pour dans 2 ans et demie. Ces options se négocièrent à 3$ ils en ont acheté pour 26 000$. Quand les soupçons de fraude ont été levés la société a doubler et la position est passée de 26 000$ à 526 000$. Leurs investissements suivants on tous été fait sur le même modèle et ont rapporté plus de 12 millions.

Comment les imiter ?

Tout d’abord, ils ne font pas d’analyse technique (regardé qu’une action stagne n’est pas de l’analyse !), mais ce sont de bons analystes financiers pour déterminer quelle est la valeur réelle d’un titre une fois les turbulences passées.

Ensuite, ils utilisent des options. L’intérêt est l’asymétrie entre risque et gain. Dans le cas présenté avant, ils n’ont risqué que 26 000$ pour gagner 586 000$. Une position directement sur le sous-jacent leur aurait fait perdre toujours la somme complète 26 000$, mais le gain n’aurait été que de 26000$ pour un doublement du titre.

Si vous êtes débutants (mais pas trop) et n’avez pas accès aux options

Vous pouvez presque faire la même chose, mais avec beaucoup moins de choix. Sur la bourse française il y a des produits financiers que l’on appelle « Warrants » il s’agit d’un produit qui fonctionne exactement comme les options, il n’y a pas de seuil de désactivation (contrairement aux turbos), la formule pour les calculer est la même que pour les options, sauf que ceux-ci sont de tailles beaucoup plus faible pour être adapté au particulier et que l’on ne peut pas les shorter.

Voici la recette de la stratégie:

  1. Repérez une situation où un titre a de très forte chance de bouger violemment d’ici peu de temps dans un sens ou dans l’autre (faillite éviter de justesse, problème judiciaire, annonce de résultat pouvant être phénoménale, etc… à vous de voir) et que le marché est attentistes ou carrément aveugle.
  2. Essayer d’estimer la valeur à laquelle ira le titre une fois que la nouvelle sera tombée (le plus difficile).
  3. Vérifiez qu’il y a bien des warrants sur ce titre et les choisir en fonction de ces paramètres, la date doit être la plus éloignés possible (au moins 1 ans, pour minimiser la perte de valeur temps), le strike du warrants doit être soit très au-dessus du cours actuel si on vise la hausse (call warrant), soit très en dessous du cours actuels si on vise la baisse ( put warrant) enfin le strike doit être inférieur à la valeur estimée (dans le cas d’un hausse).

Exemple, la société X vaut actuellement 20€ et est en cours de restructuration, si les choses réussissent elle pourrait valoir 30€. Dans ce cas on va choisir un warrant call (haussier) 1 ans de strike 27€ qui nous permet d’acheter une action (certains warrants peuvent représenter qu’une fraction d’une action). Si on le paie 0.42€ et que le scénario ne se réalise pas on perd 0.42€, si le scénario se réalise le warrants devrait valoir à expiration 3€ on fait donc un profit de plus de 600%. Si on estimait ce scénario à une chance sur 2 il y avait donc une très forte asymétrie entre risque et gain.

Si vous êtes plus pro

 

Tout en reprenant ce qui a été expliqué avant. Il faudra essayer de prendre les options les plus éloignés (2 ans ou plus si possible) afin de minimiser la perte de theta. Pour les actions françaises il faut regarder du coté de l’Eurex, il y a plus d’options que sur Nyse Euronext, mais sa reste peu (moins d’une centaine de titres à vue de nez). Pour les USA c’est le paradis il y a des options sur presque toutes les valeurs, donc c’est le meilleur terrain de chasse pour faire ça.

Il faudra faire attention aussi du coté de la volatilité implicite, à l’aide de pricer il faut s’assurer que l’on est bien gagnant avant échéance si l’objectif est atteint, même si la volatilité chute fortement.

 

Publicités